Bienvenue sur le blog de "L'EFFET D'UNE BALLE DANS LA TETE". Le film du Projet Court-Métrage Cine'Xpérience (2005-2006) de l'Ecole de Management Euromed Marseille. N'hésitez pas à poster vos commentaires!!! =)

26.3.06

Imaginer avec violence, réaliser avec fièvre : )

Le réalisateur est celui qui gère en priorité l'aspect visuel du film, il décide du placement de la caméra, choisi minutieusement les plans, calcule les déplacements des acteurs et de la caméra, les transitions, les effets, l'ambiance, la lumière, les effets spéciaux, etc. C'est un mélange de création et de production car le réalisateur doit en plus suivre de très près chacune des étapes de la création du film (de l'écriture du script au montage en passant par le choix des acteurs,ouf)! Cela change quand il s'agit d'un film de commande ou la le réalisateur suit toujours ces étapes mais ne peut pas autant agir et les modifer ou aussi quand le film se base sur une histoire existant déjà ("adaptation" cad on change quand même certain éléments ex: les premiers Batman, fait divers que l'on romance un peu, ex:"Aviator" inspiré de la vie de Howard Hugues ...)


Pour parvenir à réaliser toutes ces taches savantes le réalisateur doit en fait à se triturer le cerveaux dans tous les sens jusqu'à obtenir quelque chose qui ressemble un peu à de la mousse. Une fois que c'est chose faite, et après s'être infligé encore 1 000 autres souffrances, il sait qu'il tient quelque chose de bon et que sa scène (ou cène) est prête. Cette approche du travail en apparence violente montre bien à quel point l'imagination compte dans la réalisation (et explique aussi au passage la schizophrénie latente de certains de nos amis les réalisateurs... = ) Mais, il s'agit d'être original et créatif, la réalisation concerne la forme du film (en considèrant que le scénario et l'histoire c'est le fond) et le forme doit servir le fond...


Jonathan (Réalisateur déjà à moitié schizophrène : )

25.3.06

L'art du suspense

Le Petit Prince = "S'il te plaît... crée-moi un suspense."

Le réalisateur : "No problemo p'tit gars !"

Que ce soit dans les thrillers ou les films d’horreur le suspense est omniprésent dans le cinéma actuel. Mais comment fait-on pour créer du suspens ??? Voici les réponses à vos questions !

Le suspense est par définition un temps pendant lequel l'action du film est suspendue, on retarde au maximum le dénouement d’une scène créant ainsi un état d’attente anxieuse chez le spectateur. Cette technique doit faire monter le plus possible la tension du spectateur et le placer dans une situation psychologiquement insoutenable, pour ce faire il faut fermer toutes les « issus possibles » pour le protagoniste. Le suspense ne doit pas être confondu avec la surprise qui est la « simple » apparition soudaine d'un élément inattendu.

L'une des meilleures techniques pour créer du suspense consist à créer un décalage entre ce que le spectateur sait et ce que le protagoniste sait. Le spectateur s'inquiète de ce qui pourra arriver au personnage lorsqu'il se rendra compte de ce qu'il attend. Citons en exemple le maître des maîtres des maîtres, Hitchcock. Dans "Fenêtre sur cours" on voit à un moment Grace Kelly (je me rappelle plus de son nom dans le film…) fouiller un appartement quand on voit subitement le propriétaire suspecté de meurtre retourner chez lui, on le voit monter les escaliers de l'immeuble, ouvrir la porte et rentrer dans l'appart alors que Grace y est toujours…

Votre suspense sera d'autant plus réussi que le spectateur s’est attaché au personnage (principe d’empathie) et que le climax (=l'ambiance) est adaptée (musique oppressante, ombres, plans judicieux comme par exemple montrer le visage horrifié du personnage sans montrer ce qui cause sa peur, ralentir l’image aussi,etc.; ).

A vous de jouer !

Jonathan (Réalisateur)

19.3.06

A raison de 3 à 4 minutes de "film utile" en moyenne par jour (et oui seulement ; ) un tournage prend beaucoup de temps (compter un douzaine de semaines pour un long métrage). Ceci signifie qu'il y a pas mal de séqences non utilisées au final ce qui complique le montage. Le tout est de parvenir à préparer au maximum chaque scène en amont afin de ne pas perdre de temps quand on tourne, mais aussi de savoir ce que l'on devra garder lors du montage.
Encore une fois l'étape du story-board (découpage de chaque scène en plan avec dessins et anotations précises) se révèle déterminante. En comparant le story-board d'un film au résultat final on se rend compte que les plans sont très proches et que le montage respecte le découpage prévu à l'avance.
En plus du story-board (et si vous n'êtes pas doué en dessin) on utilise des "feuilles de plan" (enfin je les appelle comme ça) où vous découpez votre scène, plan par plan comme suit:
1/ Jérémy s'avance dans le couloir (il entre dans le champ), il sort ses clés tout en marchant
2/ Une fois devant la porte il marque un temps d'arrêt en se rendant compte qu'elle est déjà ouverte, il regarde autour de lui
3/ Il rentre dans l'appartement puis se dirige vers la fenêtre rapidement
etc...

"Si j'avais su j'aurais pas venu" doit se dire Fanny. Encore un grand bravo à elle et à ses vêtements aussi qui ont souffert

Guislain tranquillement assis...

Du sang dans le nombril. Détail croustillant : quand Fanny s'est relevée le liquide à commencé à couler, dans le pantalon d'abord, puis je vous laisse imaginer où ensuite...

Heu, au fait, elle respire toujours??? Rémi ose à peine vérifier...

Chaque fois que l'on recommençait la scène il fallait essuyer Fanny (qui avait les mains attachées) pour éviter les faux raccords. Un travail dévolu au réalisateur (et au réalisateur seulement ; )

Tout est prêt la scène va pouvoir commencer. A noter que ce tournage s'est déroulé dans les réserves de l'école.

A un moment il n'y avait plus de faux sang. Il a donc fallu véritablement frapper l'actrice et la faire saigner...non je rigole. Mais ce sang est très réaliste en tous cas

Remercions quand même Fanny pour son travail et pour s'être donnée à fond lors de ce tournage

Et voilà! Fanny est ligotée le tournage va pouvoir se poursuivre. Pour cette scène j'ai poussé le cynisme jusqu'a lui faire porter un chapeau de schtroumpf = )

Une répétition dite "à l'allemande", on lit le texte tout en donnant des indications sur le jeu (différente des répétition "à l'italienne" où l'on ne répète que le texte).

Moment de détente pendant l'installation du matériel

Petite présentation des acteurs

Donc ici vous avez Fanny Arnaud (Cesem 1)

Enfin là c'est mieux

Avez-vous vu cet homme?
-Recherché pour violence aggravée
-Récompense : 15 000€
-Attention! Armé et dangereux
-Apperçu aux Calanques et des bulles
-Recherché mort ou vif (mais plutôt mort quand même)

Sur cette photo, Rémi du conservatoire

Ici Guislain, un étudiant comme vous et moi

Ici Fabien du conservatoire

Photo de famille avant le début du carnage... heu tournage

Une ombre qui fuit furtivement dans la nuit...

Le saviez-vous? Il est possible d'ouvrir une faille temporelle avec une simple caméra. Cette image le prouve...

... et voilà comment on se retrouve dans les années 1970's et les lunettes qui vont avec ; )

15.3.06

Tournage de la scène 1

SCENE 1.INT.NUIT.UNE CAVE

Samedi 4 Mars 2006

Pour cette scène on avait besoin de filmer la nuit, pour ne pas finir à 1H du mat on a répété et préparé la scène durant l’aprem. Pas mal de choses à préparer pour cette scène en fait, et aussi revoir les dialogues qui font débat. Qu’est-ce qui est le mieux « brosse-cul » (que je soutenais) ou « leche-cul », une véritable question de forme tout en subtilité donc. Pour savoir ce qui a finalement été retenu il faudra aller voir le film (prochainement). Comme en filmait en partie en intérieur nous avons pu commencer à tourner avant le couché du soleil en obstruant les fenêtres. C’est alors que l’équipe fut prise d’un long fou rire ralentissant le tournage.

Et heu sinon quand Benjamin dit que le tournage est fini, c’est pas si sur parce-qu’en fait j’aimerai pouvoir tourner une fin alternative, mais c’est pas encore certain…

12.3.06

Compte-rendu tournage Vendredi 10 Mars

Traînant avec moi mon arsenal de flingues en tout genre (gracieusement prêtés par un ami), je débarque dans les débarras d’Euromed pour tourner la scène 5, la seule à ne pas avoir encore été filmée. C’est probablement la dernière occasion de revoir les acteurs avant un petit moment, le temps de monter quelques passages et de s’organiser une soirée pour voir tout ça en groupe. Transis de froid à cause du vent de plus en plus violent qui soufflait à l’extérieur d’Euromed, les acteurs, parmi lesquels Fanny, la petite dernière de l’équipe, ont donné le meilleur d’eux-mêmes pour une scène vraiment difficile, qui représente l’un des points culminant du film. Je tenais d’ailleurs au passage à féliciter la grenadine, qui nous a vraiment épatés par son grand professionnalisme (vous comprendrez quand vous verrez le film ;) lol). Et c’est ainsi que se termine le tournage de L’effet d’une balle dans la tête ! Nous vous tiendrons au courant des prochaines avancées, alors stay tuned !!

Ben, responsable com'

Compte-rendu tournage Dimanche 5 Mars

A peine remis de mon tournage toulonnais et de la soirée qui l’a suivi, me revoilà « back in business » comme on dit, prêt pour tourner la scène finale du film. Toute l’équipe est présente pour assister à ce moment « historique », y compris les multiples promeneurs et joggeurs qu’on peut trouver à Luminy un dimanche matin… Finalement, malgré ces mouvements de foule réguliers, nous avons pu mettre en boîte ce final explosif et même tenter un plan inventif mais totalement hors de propos (et prouvant une fois de plus à quel point L’effet d’une balle dans la tête est un film à connotation homosexuelle lol). Et ce fût également l’occasion de dire au revoir à Marion, qui bouclait ce jour-là sa dernière scène. Maintenant, il ne reste plus qu’un ultime tournage et le film sera (enfin) bouclé !

Ben, responsable com'

Compte-rendu tournage Samedi 4 Mars

Après m’être perdu dans les petites rues de ce coin « paumé » qu’est La Rose, j’arrive enfin sur le lieu du tournage, chez Laurie, qui nous a gracieusement prêtés son garage pour quelques scènes. Une fois de plus, Pierre-Henri est le responsable lumière, les phares de sa voiture faisant office de projecteur. Et pendant que Jonathan tente de modifier une nouvelle fois le scénario en plein milieu du tournage, mettant en péril la cohérence de l’intrigue et des personnages (apparemment, ça lui plaît de se prendre la tête alors que le travail est déjà bouclé depuis plusieurs mois :p lol), les autres se font une belotte en attendant la fin de la matinée de tournage. Reste un dernier plan du coffre de ma Golf (sa dernière apparition dans le film, sniff), et cette scène est bouclée. Le prochain tournage ayant lieu de nuit, chacun s’éparpille en fonction de ses impératifs : pour ma part, je pars pour Toulon sur un autre tournage avec des potes, ne pouvant du coup pas être sur le plateau le soir. Je laisse donc le soin à John de vous faire le compte-rendu de cette soirée.

Ben, responsable com'

Dans la prochaine série vous ferez la connaissance de la très sympathique Fanny Arnaud (Cesem 1). Donc au début elle est en vie...

...puis brusquemment tout dérape (heureusement qu'on avait pris une assurance ; )!

Efforts désespérés pour ce qui se révélera être un plan foireux (notez le cache de la caméra qui se ballade devant l'objectif = )

Un image directement tirée du film

De nos jours les gens jettent leurs cadravres n'importe où

Marion explique à Guislain qu'elle n'a jamais eu l'intention de l'overblaster. Guislain rit jaune...

Marion, tantôt glamour, tantôt ultra-violente... Une seule chose est sûr, elle a trop regardé Nikita

Là Cédric (alias John) à prit cher!

Avant de jouer chaque scène Fabien du conservatoire (au milieu avec un feu) entre en transe, ses interprétations n'en sont que plus grandes. Le reste de l'équipe assiste médusé

Une image tirée du film (de dos c'est John = Cédric du conservatoire)

Arf, ne pas se laisser déconcentrer par toutes ces pitreries

A droite Robin joue le remake du secret de Brokeback Moutain ; )

Un débat entre acteurs et équipe pour savoir s'il faut dire "brosse-cul" ou "leche-cul" dans la scène à tourner, mdr

Le sang doit être agité et servi avec des glaçons


Robin et Cédric (alias John) mangent des biscuits tandis que Marie continue à sirroter son sang...

Marie à droite reste aimable même quand on braque une arme sur elle. Sachez aussi que dans son verre il y a du sang. Pierre-Henry suit la scène amusé

Tous ces morceaux de verre sont autant de poignards potentiels = )

"Mais où est-ce que je vais bien pouvoir cacher ce cadavre?"

Robin pensait avoir trouvé le truc pour ne pas apparaitre sur les photos : il les prenait... Mais rien n'est éternel... ; )

Pendant que certains tournent, d'autres jouent au babyfoot (!)

Et pendant que certains jouent au babyfoot (!) d'autres jouent à la belotte (!!!)

Rémi, un sbire désabusé...

Benjamin se ressource entre les prises grâce à des prises de karaté justement

Au premier plan un acteur inquiet du sort qu'on lui réserve...Une inquiétude que je ne partage pas visiblement.

Pour motiver les personnes de votre équipe, tirez leur dessus! (Ici le preneur de vue en sera pour ses frais... ; )

6.3.06


guislain le personnage principal


marion, heureuse d'etre ici


la classe!


je trouve cette photo énorme!! pas vous?