Bienvenue sur le blog de "L'EFFET D'UNE BALLE DANS LA TETE". Le film du Projet Court-Métrage Cine'Xpérience (2005-2006) de l'Ecole de Management Euromed Marseille. N'hésitez pas à poster vos commentaires!!! =)

27.2.06

Dimanche 26 Février :

5e jour de tournage

SCENE 6.EXT.NUIT.UNE RUE

"(Silence total) Dans une rue, les phares d'une voiture viennent percer les ténèbres d'une nuit marseillaise. Un corps est violemment projeté hors du véhicule et roule sur l'asphalte sur quelques mètres. La personne éjectée se relève lentement tandis que la fureur du moteur de la voiture s'éloigne rapidement. On reconnaît à l'écran de façon disctincte le visage épuisé de ..."

Après la scène d'action du week-end dernier, nous avons enchaîné avec le tournage d’un passage plus calme du court métrage... Pour l’occasion, j’ai ressorti mon magnifique col roulé bleu clair (vu dans les photos plus bas) et, armé de ma Golf GTI (ok, c’est moins la classe que la Subaru et la Honda Civic, mais bon…) j’ai rejoint John, Ghislain et Rémi (alias Ivan, l’un des principaux sbyre) pour tourner cette séquence. Il s'agit d'une scène courte, mais courte ne veut pas dire facile à tourner (ça se saurait sinon)...

Le truc c'est qu'on devait tourner cette scène dans une petite rue (devant l'appart du réalisateur qui à gracieusement prêter son studio miteux pour faire l'appart du grand frère de Max), et que le dimanche soir les gens rentrent de week-end en voitures. On a donc du composer avec un bal incessant de voiture qui a ralenti le tournage, d'autant plus que la rue du tournage est en pente (mais une vraie pente...). Il a fini par arriver ce qui devait arriver, ma Golf a commencé à fumer dangereusement, nous contraignant à interrompre momentanément le tournage son salut (et le mien également, car sans voiture, j’aurais pas eu l’air con pour rentrer chez moi et aller à l’école !!). Cette interruption temporaire est devenue définitive, car la concentration en voiture par cm² empêchait purement et simplement tout tournage crédible (vachement discret, de balancer un mec d’une voiture devant une foule de badauds…) !

C’est ainsi que le tournage de cette mini-scène connut une conclusion tragique, alors qu’il ne restait plus qu’un ou deux plans à tourner. Quant à ma pauvre voiture, malgré cette frayeur passagère, elle marche de nouveau normalement (enfin comme avant plutôt...), mais maintenant, ils peuvent carrément se brosser pour lui faire jouer des scènes d’action :p !!

Les photos de ce week-end arriveront bientot, et sinon la suite c'est samedi prochain avec les scènes 7 et 1.

Benjamin (le dir com' du projet)

Dimanche 26 Février

5e jour de tournage

SCENE 2. EXT.JOUR.UN PARKING EN VILLE

"2 personnes assis dans une voiture semblent attendre quelqu'un ou quelque chose..."

Un conseil, quand dans un film vous voulez faire apparaitre un personnage important efforcez-vous de retarder le moment ou son visage apparaitra à l'écran. Vous jouerez ainsi avec la curiosité du spectateur et l'impcat n'en sera que plus grand une fois que le visage du personnage apparaitra enfin à l'écran (Cf. méthode très fréquemment utilisée par Spielberg, ex: Le requin des dents de la mer n'apparait qu'après une heure de film... : )

Sans dévoiler de mystères il s'agit ici d'une scène comportant un dialogue. Une scène avec des dialogues est toujours un moment de tension. Pour les acteurs, car ils doivent trouver le bon "phrasé", parler de façon naturelle et ne pas se tromper pour ne pas avoir à faire 15 prises. Puis, pour le réalisateur il faut que le dialogue soit dynamique et ne vienne pas briser le rythme.

Pour ces raisons je redoutais le tournage de cette scène, mais finalement je suis très satisfait du travail qu'on fait Marion et Ghislain (surtout Marion d'ailleurs), ils ont réussi à bien appréhender leur personnage et connaissaient bien leur dialogues (surtout Marion d'ailleurs ; ). Lors d'un dialogue il ne faut pas négliger les détails (tandis que lors d'une scène d'action un montage rapide peu attenuer certaines errances de mise en scène), il faut particulièrement se soucier des expressions du visage, mais aussi du jeu de regards entre les acteurs qui est décisif, de ce que font les mains (élément plus important qu'il n'y parait), et du placement des acteurs, selon qu'ils soient près l'un de l'autre ou qu'il soient face à face, la scène ne signifiera pas la même chose...

Les photos de ce tournage seront postées d'ici 3 jours alors à très bientôt! ; )

John (réalisateur)

22.2.06

Dimanche 19 Février 2006

4e jour de tournage

SCENE 8/EXT.JOUR.UN PARKING (QUE VOUS DEVRIEZ CONNAITRE)


Pas facile de se lever à 6h30 du matin un dimanche au mois de février en plus... pour se motiver il fallait se dire que l'on allait avoir la chance unique et exceptionnelle de pouvoir tourner avec... une Subaru et une Honda civic 4 portes!!!! Rien que ça! Voilà de quoi se motiver, et le moins que l'on puisse dire c'est que l'on a pas été déçu de voir ces voitures faire des dérapages et des accélération de folies sur le parking délabré de l'école (une honte ce parking d'ailleurs... mais bon).

Si tourner avec des voitures améliorées est un vrai plaisir cela rajoute aussi des contraintes au film, il faut filmer rapidement puisque nous ne disposions pas de ces voitures indéfiniment (hélas, hélas...) d'autant plus que la scène exigeait d'avoir la luminosité du matin. Ce fut donc un tournage délicat, il fut décidé de tourner en priorité toutes les scènes avec les voitures. A l'arrivée le résultat est satisfaisant, il ne reste plus qu'à boucler les quelques autres scènes ou les voitures n'apparaissent pas, mais attention aux faux raccords...

La suite dimanche prochain avec les scènes 2 et 6 du film

Merci encore à Laurent, Olivier et Arnaud (les pilotes) pour leurs voitures et leur participation!!


John (El réalisateur)

19.2.06


ben



la classe



bon normalement daslo n'avait pas le scénario dans la main...



petite discussion sur le tournage entre le méchant, le gentil et benjamin, notre gentil sbire



il manque plus que le son!



le gentil contre les méchants...

je sais pas pourquoi mais je la trouve classe cette photo...



et voici les 3 voitures des méchants...

elles sont belles n'est ce pas?

17.2.06


have a break, have a kit kat (je sais c'était nul)



tentative de suicide...



un a eu un petit problème sur le tournage, un psychopate s'est introduit et nous a tous pris en otage, heureusement Laurie s'est interposé et nous a tous libéré. merci laurie!



John notre réalisateur super PROFESSIONNEL, ça se voit il nettoie le cache de la caméra comme tout bon réalisateur qui se respecte...



séance de maquillage, enfin maquillage... si on peut apeller ça maquillage, tartinage de sang composé de ketchup, café, sucre et vinaigre...


pierre-henry motivé n'est ce pas?


marie réalisatrice dans l'âme

1ère journée de tournage chez john, tout se passe bien, y a juste un mec qui s'apelle benjamin et qui arretait pas de nous filmer, il a du filmer encore plus que les 2 caméras réunis... : )

16.2.06

Cette photo n'a strictement rien à faire ici, mais avouez qu'il serait dommage de la supprimer = )

10.2.06

Voici quelques informations sur les personnages principaux du film, à noter que ces documents ont été envoyés aux acteurs du film pour les aider à s'immerger dans leur personnages ; )


Les personnages principaux:

Max :
Le protagoniste du film, on suit son aventure. Max est étudiant, il a 21 ans. C'est un personnage attachant et qui montre par moment une certaine immaturité, ce qui le rend justement attachant. Max est un doux rêveur. Max fait partie d’une classe moyenne supérieure (il est en école de commerce ; ). Max aime bien les voyages au sens propre comme au sens figuré car il a beaucoup d’imagination et rêvasse parfois. Il sort avec Emilie (qu’il a connu au lycée) depuis 3 ans, ils sont complémentaires l’un l’autre. Il poursuit en ce moment ses études normalement et mène une vie insouciante jusqu’au jour au bien malgré il se retrouve impliqué dans une sombre affaire qui le met en cause lui mais aussi son frère John et sa copine. Max, étudiant normal se retrouve ainsi confronté à un univers violent, il va devoir à son tour le devenir s’il désire survivre
Max est le personnage auquel le spectateur doit s’identifier (il est le héros du film), à travers cet étudiant « normal » le spectateur doit se retrouver.
Que veut-il ? Retrouver John, puis ensuite libérer Emilie
Pourquoi ? John est son frère, Emilie sa copine
Jusqu'à quel point ? Jusqu'à mettre sa vie en danger
Quelle action va-t-il faire ? Enquêter sur la disparition de son frère, puis tenter de trouver la cam’ pour sauver Emilie.
De quelle manière ? Seul, il enquête

John :
Le grand Frère de Max. Plus audacieux que son frère John s'est fourré dans une sale affaire. John aurait souffert du divorce de ses parents dans sa petite enfance (Max n'était pas encore né), c'est pour cela qu'il est peu être plus indépendant que Max et n'a pas eu peur de faire du trafique de drogue. John est le profil de personnage qui un jour tourne mal. Au début il vendait un peu d’herbe pour arrondir ses fin de mois, mais il s’est laissé prendre au jeu dangereux de l’argent facile, n’ayant pas à l’origine le profil d’un délinquant (il a reçu une éducation normal) il se retrouve aujourd’hui dépassé par les événements. Il a pour lui d’être rusé et vif.

Emilie:
Copine de Max. Max et Emilie vont bien ensemble et sortent ensemble depuis plusieurs années (3 ans environ), ils se connaissent très bien. Etudiant elle aussi Emilie est une fille « réaliste », elle est plus terre à terre que Max qui manque de maturité. C'est ce contraste et cette complémentarité de caractère qui rend ce couple attachant, on s'y identifie facilement. Emilie est une fille très féminine, studieuse et appliquée à l’école mais aussi dans la vie de tous les jours. Comme John elle est étudiante en école de commerce. Elle n’imaginait pas elle non plus se retrouver un joue empêtré dans une sordide histoire de drogue.
Que veut-elle ? Vivre en paix
Pourquoi ? Elle s’inquiète « un peu » pour John et Max

[A noter que ce personnage à bien failli ne pas faire apparaitre dans le film, une partie de l'équipe ne voyant pas l'intérêt d'avoir un personnage féminin. Finalement il fut décidé qu'Emilie permettrait tout d'abord aux spectateurs féminins de s'identifier à un personnage dans le film (très important pour impliquer le spectateur) puis permettrait aussi de créer de l'émotion grâce à la relation Max/Emilie]


Reydderick Daslo :
Russe d'origine, "Daslo" est le chef d'un gang mafieux implanté sur Marseille depuis quelques années (un peu plus de 5 ans). Daslo tente de faire son trou dans le milieu, mais son manque d'expérience lui joue parfois des tours, tout comme son caractère impulsif.
Si Daslo avait eu une vie antérieure il aurait probablement été un loup. Daslo est le produit type d’un monde violent, né dans une famille pauvre sous l’ère soviétique en Russie il est victime du déterminisme social. Son enfance est marquée par la violence, à 5 ans il tue par mégarde son petit frère en manipulant l’arme de son père (un militaire). Sa famille étant menacé de mort pour une dette jamais payée, Daslo quitte, ou plutôt fuit, le pays en 1991 pour l’Europe. Il vient vivre en France et devient trafiquant à Marseille.
Daslo (acronyme de salaud) est donc un personnage déstructuré, qui souffre d'un complexe Oedipien, il se venge de la vie en imposant aux autres la violence qu’il a lui-même subit par le passé (cela le soulage…). Il est parfois pris de flash-back, il se voit en train d'être battu et de recevoir des coups de ceinture donnés par son père sur ses bras ensanglantés. Assister à la souffrance des autres lui permet de relativiser les horreurs dont il a été victime durant son enfance ; ce personnage cynique aime à jouer avec ses victimes, mais ne dit on pas « qui sème le vent récolte la tempête »…
Que veut-il ? Retrouver la drogue que John lui a volée.
Pourquoi ? C’est un trafiquant de drogue.
Jusqu'à quel point ? Daslo n’a pas peur de tuer s’il le faut
Quelle action va-t-il faire ? Il enlève Max et sa copine et lui propose d’échanger leur liberté contre sa drogue
De quelle manière ? Violente, et brutale, Daslo est le roi des coups fourrés.



Les personnages secondaires

La copine d’Emilie, Sarah :
L’amie d’Emilie, elle se fait enlever par Daslo, elle ne sait rien de se qui lui arrive et n’a rien à se reprocher (bien évidemment ; ). Daslo la torture pour contraindre Max à parler. Elle ressemble à Emilie (ce dont Daslo se sert), elle a le même caractère qu’elle, c’est pourquoi elles sont amies. Sarah est tout comme Emilie une étudiante en école de Commerce dont la vie jusqu’ici ordinaire chavire elle aussi sans que ce soit ça faute.
La scène avec Sarah vise à mettre en relief le côté fatal de la vie, Sarah est innocente mais va pourtant disparaître de façon tragique et violente. A la fatalité nul ne saurait échapper…

Les sbires de Daslo x 5 = Grands et costaux : )

6.2.06

La genèse du scénario

La genèse du scénario.

Ecrire un scénario c'est raconter une histoire, plus le scénario est bon, meilleur sera le film (on dirait comme ça quand on voit les films qui sortent au cinéma actuellement ; )

En fait, à l'origine le scénario du film (que j'ai démarré en février 2005 environ) devait raconter la descente en enfer d'un étudiant qui tombait dans le monde de la drogue, au début il commence à en consommer pour se remettre d'un événement choc dans sa vie (mort d'un proche, déception sentimentale, maladie incurable... c'est pas la matière qui manque), puis il devient accro, se renferme sur lui de plus en plus et finit par se suicider = )

Cette base de scénario est assez éloigné du la version finale qui propose nettement plus d'action et mois de psychologie.

Explication:
La tonalité noir et le côté désespéré du film étaient déjà présents, cette première version insistait beaucoup sur l'aspect psychologique des personnages (le protagoniste du film et les relations avec sa copine, ses amis ou sa famille qui se détériorent pour finir par être néant), je tenais absolument à faire un film sombre (allez savoir pourquoi...)
Au cours de l'écriture je me suis aperçu que la drogue était véritablement un sujet très complexe (d'autant plus qu'il est assez tabou et que sa simple évocation rebute pas mal de personne), qui méritait un traitement approfondi afin d'éviter toute caricature. Malheureusement, je ne me sentais pas encore suffisamment expérimenté pour pouvoir en donner l'analyse souhaité, le thème du film s'est donc progressivement réorienté, en insistant moins sur la psychologie et plus sur le côté action et aventure (d'ailleurs, paradoxalement tourner des scènes d'action ou violentes est nettement plus dur) ==> synopsis ci-dessous.
Je garde l'idée de film de descente aux enfers par la drogue pour un futur prochain... d'ailleurs je sais déjà quel sera le contexte du film! ; )